27/03/2015  -  Patrimoine
« Retour à la liste

3 raisons d’investir dans les Groupements Forestiers

1 - Investir dans un actif tangible et qui porte des valeurs…

En 1950, les agriculteurs qui étaient les propriétaires des forêts représentaient 30% de la population active. Ce chiffre est de 3% aujourd’hui. Pourtant, bien des français conservent cet attachement à la terre, à leur région d’origine, fût-elle lointaine. L’inves-tissement forestier répond à ce besoin de retour aux sources, d’investissement de bon sens pratiqué depuis des générations.

 

2 - Rechercher un investissement rentable et décorrélé des marchés financiers

En 2008, le prix de l’hectare de forêt n’a pas été impacté par la crise financière. Ni à la baisse, ni à la hausse. Par ailleurs, la valeur de la forêt, c’est un peu de fon-cier et beaucoup de bois, et cette valeur progresse tous les ans inexorablement : en moyenne de 2% par an grâce à l’accroissement naturel des peuplements.

 

3 - Bénéficier du cadre fiscal privilégié des Groupements forestiers

Transmission (Régime «Monichon») :

Le dispositif connu sous le nom d’amendement Monichon existe depuis 1930. Il per-met, en contrepartie de l’engagement pris par le Groupement Forestier de gérer du-rablement la forêt, de bénéficier d’une exonération d’ISF et de droits de transmission (succession ou donation) à hauteur de 75% de la valeur des forêts détenues.

Réduction ISF (Loi «TEPA») :

La Loi TEPA votée en 2008 permet de réduire l’ISF de 50% du montant investi dans un Groupement Forestier, en contrepartie d’une durée de blocage de 5 ans1/2. L’investis-sement est limité à 90.000 euros. C’est le même dispositif que pour l’investissement dans les PME, mais avec un couple risque rendement très différent.

Réduction IR (Loi «DEFI») :

La Loi DEFI votée en 2001 permet de réduire l’Impôt sur le Revenu à hauteur de 18% de l’investissement réalisé dans un Groupement Forestier, en contrepartie d’une du-rée de blocage de 8 ans. L’investissement est limité à 11.400 euros pour un couple et à 5.700 euros pour une personne seule et par le plafonnement global des niches fiscales.

 

 

Source : Club Patrimoine