18/07/2016  -  Immobilier
« Retour à la liste

Achat immobilier : gare à la fiscalité locale !

Les taux très bas incitent les Français à devenir propriétaires. Mais dans certaines villes, les impôts locaux peuvent considérablement augmenter la facture à terme.

 

Attention au piège. Lorsqu'on achète un logement, il faut faire attention au prix du mètre carré, au taux de crédit, aux charges, à l'entretien de l'immeuble... sans oublier les taxes foncière et d'habitation. Meilleurtaux.com a publié une étude, hier, sur l'impact de la fiscalité locale sur le financement d'un bien à Paris, Lille, Strasbourg, Montpellier, Toulouse, Nantes, Bordeaux, Lyon, Marseille et Nice. « Nous constatons, en effectuant le calcul, que les taux fiscalité locale comprise sont clairement très au-dessus des taux du seul crédit bancaire », remarque Maël Bernier, porte-parole de Meilleurstaux.

 

En moyenne, 167 € d'impôts locaux par mois

 

La raison est simple : si les taux sont au plus bas, la fiscalité locale, elle, est globalement en hausse. En moyenne, les impôts locaux représentent 167 € de plus par mois à acquitter selon l'étude. Leur poids varie toutefois beaucoup d'une ville à l'autre. La moins touchée est Paris. Le prix au mètre carré y est, certes, le plus élevé, mais grâce aux nombreuses entreprises qui y sont installées, la fiscalité est la plus légère des grandes métropoles. Dans la capitale, la note mensuelle s'alourdit — seulement — de 93 €.

 

En revanche, à Montpellier — la ville la plus chère —, il faut débourser 216 € par mois en plus ! Le taux de crédit passe en moyenne de 1,70 % à 4,05 %, soit presque trois mensualités supplémentaires... Même chose à Bordeaux, où on n'emprunte pas à 1,61 %, mais à 3,35 %. Acheter dans ces villes, régulièrement citées dans le palmarès des lieux où il fait bon vivre, a un coût.

 

 

Source : Le Parisien