16/07/2018  -  Fiscalité
« Retour à la liste

Imposition des revenus des étudiants : « c’est la nature des sommes perçues qui compte »

Sachez que les revenus perçus par un étudiant ne sont pas toujours imposés. Ce n’est pas tant que l’enfant soit rattaché au foyer fiscal ou non qui compte, c’est davantage la nature des sommes perçues.

 

Votre enfant passe par la case stages conventionnés ou contrats d’apprentissage ? Seule alors la part qui dépasse 1 smic annuel (17 763 euros) est fiscalisée. Attention, ce montant ne doit pas être proratisé lorsque l’entrée ou la fin de l’apprentissage intervient en cours d’année. Pour les contrats de professionnalisation, qui permettent à votre progéniture d’acquérir une qualification professionnelle, ou les stages non conventionnés, les revenus sont imposés comme des salaires classiques. Pour un job d’été, les règles applicables seront différentes si l’intéressé a plus ou moins de 25 ans au 1er janvier. Plus jeune, si l'enfant à mois de 25 ans au 1er janvier,, il obtiendra une exonération jusqu’à 3 fois le smic, soit 4 441 euros, toujours sans proratisation. Il vous appartient de ne reporter que l’excédent sur la déclaration fiscale. Au-dessus de cet âge, c’est alors la totalité des revenus qui est imposable.

 

 

Source : https://www.lemonde.fr/argent/article/2018/07/15/imposition-des-revenus-des-etudiants-c-est-la-nature-des-sommes-percues-qui-compte_5331555_1657007.html