24/10/2018  -  Immobilier
« Retour à la liste

Investissements immobiliers en France : ralentissement au 3ème trimestre

Selon la dernière étude de BNP Paribas Real Estate consacrée au marché de l’investissement en France, ce dernier enregistre un repli au 3ème trimestre 2018 (5 Md€ vs 6,3 Md€ au 3T 2017). Depuis le début de l’année, sa performance reste positive. SCPI et OPCI totalisent 16% des investissements du trimestre.

 

« Seulement » 5 Md€ investis en immobilier d’entreprise au cours du 3ème trimestre 2018 : selon la dernière édition de « At a glance, investissement en France », l’étude trimestrielle de BNP Paribas consacrée à ce marché, ce dernier accuse un repli par rapport aux résultats enregistrés lors du 3ème trimestre 2017 (6,3 Md€). Mais, compte tenu d’un excellent premier semestre, le marché français de l’investissement affiche toujours une hausse de plus de 25% sur les neuf premiers mois de l’année.

 

Pas de surprise en termes d’allocations sectorielles : ce sont toujours les bureaux qui concentrent l’essentiel des investissements (70%), et affichent la plus forte progression par rapport à 2017 (+26%). Le secteur du commerce, en dépit d’une certaine réticence des investisseurs, et grâce à « plusieurs transactions d’envergure et la vente de portefeuilles nationaux », détaille BNP Paribas, progresse également, mais dans des proportions moindres : +14%. La plus forte croissance revient toutefois au secteur logistique (+37%). L’ensemble du marché, depuis le début de l’année, est porté par les transactions de plus de 100 M€ (50% des montants engagés depuis le début de l’année), et la part des fonds d’investissement (50% sur les 9 mois premiers mois de l’année) est en progression constante.

 

Cette domination des fonds d’investissement, qui ne représentaient que 34% des montants investis en 2017, se fait au détriment des autres catégories d’acteurs, et notamment des SCPI, dont la part relative chute de 31% en 2017 à 13% sur les trois premiers trimestres de 2018. Les OPCI se maintiennent, à 3%. Les investisseurs nationaux restent majoritaires (65% des montants investis), mais les opérateurs américains (19%) et allemands (9%) restent très présents. En termes d’allocation géographique, l’Ile-de-France « reste le terrain de jeu préféré des investisseurs », avec 77% des investissements.

 

Source : https://www.pierrepapier.fr/actualite/26068/investissements-immobiliers-en-france-ralentissement-au-3eme-trimestre/