17/10/2013  -  Patrimoine
« Retour à la liste

Allocations familiales en hausse pour les familles modestes, en baisse pour les familles aisées

 

Le gouvernement a inscrit dans le projet de budget de la sécurité sociale deux mesures concernant les allocations familiales. Le complément familial devrait être revalorisé pour les familles modestes, tandis que la PAJE (prestation d’accueil du jeune enfant) largement réduite pour les familles aisées.

 

Actuellement examiné par les députés, le projet de loi de Finances pour 2014 comprend de nombreuses nouvelles lois de finances et loi de financement de la sécurité sociale. À ce titre, les aides familiales vont fortement évoluées. On savait déjà que l’avantage fiscal famille accordé en cas de scolarisation des enfants allait être supprimé (mais compensé par une hausse de l’allocation rentée), que le plafond du quotient familial allait être abaissé, et que les majorations de retraite ou pensions pour charge de famille allaient être soumises à l’impôt sur le revenu. De plus, d’après les échos, le gouvernement prévoit désormais de diviser par deux la PAJE (prestation d’accueil du jeune enfant) au delà du seuil de 48 000 euros de revenus par an pour un couple avec 2 revenus et ayant 2 enfants. L’allocation de base de la PAJE est une aide pour financer les dépenses du quotidien de l’enfant et son éducation jusqu’à ses 3 ans. 180 000 familles pourraient être touchées par ce rebond.

 

Le plafond de ressources pour bénéficier de cette aide sera également révisé, et près de 30 000 foyers ne pourront plus bénéficier de cette allocation l’année prochaine. Ce chiffre devrait augmenter les années suivantes puisque le montant du plafond serait geler jusqu’en 2020. Au total, ces mesures devraient permettre d’économiser 40 millions d’euros l’an prochain et 700 millions d’euros en 2018.

 

Dans le même temps, le gouvernement a prévu d’augmenter le complément familial, versé aux foyers aux revenus modestes d’au moins 3 enfants, actuellement à 167 euros par mois et qui passera à 184 euros l’an prochain. Cette revalorisation concernerait près 400 000 familles et coûterait 60 millions d’euros en 2014 et 140 millions en 2015.

 

 

Source : Monfinancier.com