02/06/2014  -  Patrimoine
« Retour à la liste

Assurance-vie : que faut-il attendre des futurs contrats euro-croissance ?

 

 

Les fonds euro-croissance n’ont pas vocation à remplacer les fonds en euros actuels, qui font le bonheur des épargnants en procurant une sécurité absolue et permanente – y compris sur les intérêts accumulés – tout en offrant une liquidité à tout moment. Bien que leur rendement soit en baisse régulière (2,7 % en moyenne en 2013), ils continuent à séduire les investisseurs – qui y consacrent de 80 à 85 % des sommes placées en assurance-vie, le solde étant investi sur des supports « en unités de compte » qui, eux, ne font pas l’objet de la même garantie.

 

Avec les fonds « euro-croissance », la donne sera différente : l’épargnant devra en effet abandonner sa garantie permanente et choisir une garantie au terme, valable seulement huit ans, au moins, après la souscription du contrat. En contrepartie, les professionnels laissent espérer un rendement supérieur à celui des fonds en euros classiques. Les prévisions vont de 0,5 à 2 % de mieux par an selon les assureurs et les hypothèses retenues.

 

En cas de sortie avant l’échéance prévue, une perte en capital ne peut être exclue. Les assureurs pourront même garantir un capital inférieur aux sommes versées. BNP Paribas Cardif est l’une des rares sociétés à en proposer et à communiquer ses résultats. En 2013, dans son contrat BNP Avenir Retraite, commercialisé dans le réseau bancaire, la performance nette s’est élevée à 4,37 %. Depuis son lancement en 2010, la performance cumulée atteint 15,35 %. Pourquoi un tel écart ? Plus le client à du temps devant lui, plus l’assureur investit une part importante du capital sur des produits plus risqués et actuellement plus rémunérateurs. Plus l’échéance du placement approche, plus l’assureur se repositionne sur des placements sans risque. Des performances facilitées par la bonne tenue des marchés boursiers ces dernières années. Si les indices se retournent, elles devraient évidemment être beaucoup moins flatteuses.

 

 

Source : Le Monde