12/01/2017  -  Patrimoine
« Retour à la liste

Bientôt un nouveau produit d’épargne retraite ?

Alors que l’assurance-vie montre ses limites, l’association française de gestion financière propose la création d’un nouveau produit d’épargne retraite individuel. Quels sont ses avantages et inconvénients  ?

 

Alors que l’assurance-vie montre ses limites, l’association française de gestion financière propose la création d’un nouveau produit d’épargne retraite individuel. Quels sont ses avantages et inconvénients ?

 

A quoi pourrait ressembler le prochain produit d'épargne individuel ? L'AFG avance ses propositions. Ce prochain outil compléterait la gamme existante. L'idée est de permettre aux Français de préparer leur retraite en ayant la liberté de choix entre un capital, une rente viagère et des retraits libres ou progressifs. L'association veut aussi améliorer significativement l'information des Français sur leur future retraite et les moyens offerts pour compléter les régimes par répartition et appuyer le développement de l'épargne retraite d'entreprise et notamment du PERCO.

 

Mais surtout, elle souhaite développer, un nouveau produit individuel de retraite. Destiné à une clientèle plus large que le PERP actuel. Il s'inspire largement du projet européen de Pan European Personal Pension (PEPP) porté par la Commission Européenne qui devrait faire l'objet d'une proposition législative au niveau européen d'ici à l'été 2017.

 

Selon l'AFG, le PERP n'est pas adapté aux futurs retraités issus de CSP moyennes pour lesquels l'épargne est insuffisante pour servir une rente à la retraite (en l'occurrence les patrimoines inférieurs à 100.000 euros), et le taux marginal d'imposition moyen ou faible. Le Perp, dont les versements sont déductibles (dans une certaine limite) du revenu imposable, est d'autant plus intéressant que le contribuable se trouve dans une tranche marginale d'imposition élevée. Par ailleurs, l'AFG estime que ce nouveau produit serait bien calibré pour les salariés qui n'ont pas accès à un PERCO dans leur entreprise, aux travailleurs indépendants, aux fonctionnaires et aux actifs mobiles qui travaillent en Europe.

 

Comment ça marche ?

 

Les versements sur ce nouveau produit seraient libres jusqu'à un plafond annuel de 5.000 à 10.000 euros. Si le total des versements n'atteint pas ce plafond, la différence pourrait être reportée sur les trois années suivantes (comme l'Article 83). Les fonds seraient bloqués jusqu'au départ en retraite, sauf cas exceptionnels comme le PERCO (décès, invalidité, fin de droit d'assurance chômage, surendettement, acquisition d'une résidence principale).

 

La sortie s'effecturerait au choix en capital et/ou en rente avec possibilité de faire des retraits partiels au fil de l'eau (comme dans un PERCO). L'ouverture et l'alimentation de ce nouveau plan seraient possibles à l'initiative des parents et grands-parents, pour leurs enfants et petits-enfants.

 

Plusieurs options de placement

 

L'épargnant aura le choix entre trois types de gestion : pilotée, gestion libre ou gestion via un mandat : « La gestion pilotée est une gestion financière adaptée à l'horizon de la retraite par laquelle l'épargne du bénéficiaire est progressivement et automatiquement désensibilisée à l'approche de l'âge de départ à la retraite. Elle permet de sécuriser peu à peu les sommes investies tout en bénéficiant en début de période du rendement des actifs de long terme (actions notamment). Les études montrent que sur le long terme les performances de ce type de gestion surperforment les allocations plus classiques et moins dynamiques », explique l'AFG.

 

L'épargnant pourra opter pour une gestion libre en choisissant parmi une liste de fonds et de placements aux profils de rendement/risque complémentaires couvrant différentes classes d'actifs (actions, obligations) et zones géographiques (France, Euro, Europe, monde...). Enfin, une solution de gestion sous mandat pourra lui être proposée par laquelle il confiera à un professionnel le soin de gérer son épargne en convenant à l'avance de grandes orientations. Par défaut, c'est l'option pilotée qui s'appliquera, comme c'est déjà le cas pour le Perco.

 

Un fonds du troisième type

 

Parallèlement, l'AFG propose la création d'un nouveau type de fonds conçu pour optimiser le rendement de l'épargne sur le long terme. Baptisé « fonds de long terme », il serait éligible à ce produit de retraite individuel. Le fonds de long terme pourra investir en partie dans des actifs peu liquides à court terme (titres de PME non cotées, immobilier, infrastructures) pour bénéficier de la valorisation de ces placements à long terme. « Cela permettra ainsi de drainer des montants non négligeables vers le financement d'entreprises et d'actifs très utiles à la croissance économique », estime l'AFG.

 

Avantages fiscaux à la sortie

 

Si les nouveau produit ne propose pas de déduction fiscale des versements à l'entrée, sa fiscalité serait favorable au moment du départ en retraite avec une exonération d'impôt sur les plus-values (comme sur le PEA), mais aussi une réduction de moitié des prélèvements sociaux (actuellement 15,5 %) sur les plus-values, une exonération d'ISF et un régime favorable en matière de droits de succession. En outre, l'AFG suggère un encouragement fiscal et social à la conversion de l'épargne constituée en rente ou en assurance dépendance.

 

Il faut « remettre la fiscalité à l'endroit », estime l'association. « La fiscalité de l'épargne retraite doit être la plus favorable possible en comparaison des autres produits d'épargne. Son caractère de très long terme doit la faire bénéficier d'un traitement fiscal privilégié. D'une manière générale, plus l'épargne est à long terme, plus elle doit être encouragée », conclut l'AFG.

 

 

Source : Les Echos