11/07/2016  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

Brexit : comment Manuel Valls compte attirer particuliers et entreprises...

© Briand

 

Afin de faciliter l'installation des particuliers et des entreprises, le chef du gouvernement a évoqué la mise en place, dès la rentrée prochaine, d'un "point d'entrée unique" d'information...

 

Manuel Valls a annoncé mercredi une série de mesures pour rendre la France plus attractive, lors d'un forum organisé par Paris Europlace, l'organe de promotion de la place financière de Paris. Le Premier ministre a ainsi fait part de sa volonté d'améliorer l'accueil des "talents étrangers, mais aussi (des) talents français qui souhaitent revenir", après la sortie programmée du Royaume-Uni de l'Union européenne.

 

Dans cette optique, la durée pendant laquelle s'appliquent les exonérations fiscales partielles destinées aux impatriés a été prolongée et passera de cinq à huit ans. Ce régime fiscal particulier s'applique aux Français ou résidents étrangers s'installant en France après avoir passé cinq ans à l'étranger. La prime d'impatriation sera par ailleurs exonérée de taxe sur les salaires.

 

Rayonnement

 

"Nous voulons que le régime des impatriés devienne le plus favorable d'Europe", a expliqué Manuel Valls. "C'est un geste de confiance de la France vis-à-vis de ceux qui veulent venir travailler, innover, créer des emplois en France et donc participer au rayonnement de notre pays". Afin de faciliter l'installation des particuliers et des entreprises, le chef du gouvernement a évoqué la mise en place, dès la rentrée prochaine, d'un "point d'entrée unique" d'information.

 

Ce guichet unique permettra aux candidats à l'impatriation ou à l'installation en France de s'informer facilement, dans leur langue, sur les dispositifs fiscaux qui les concernent, a-t-il expliqué.

 

Manuel Valls a rappelé que le taux de l'impôt sur les sociétés serait progressivement ramené à 28%, contre 33,33 % actuellement, en application du "pacte de responsabilité".

 

Et la fiscalité locale ?

 

Il a également fait part de sa volonté d'engager une discussion avec les collectivités locales pour réfléchir à un éventuel allègement temporaire de la fiscalité locale sur les entreprises et les bureaux...

 

"Nous agissons pour que la fiscalité française soit plus lisible et convergente avec celles de nos voisins européens", a-t-il déclaré en soulignant que les réformes mises en oeuvre par son gouvernement, dont la loi Travail, ont contribué à développer un "environnement économique plus favorable"...

 

Paris Europlace s'est félicité mercredi soir dans un communiqué de ces décisions, "qui correspondent aux souhaits exprimés lors de ses contacts avec les grands investisseurs mondiaux". "Paris n'est pas le seul centre financier de la zone euro, mais il a tout pour être le meilleur. Ceci dépend de nous, de nous tous. Dès lors, aujourd'hui plus que jamais, le temps est venu pour Paris Europlace d'être au centre de la scène", a estimé François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France.

 

 

Source : Boursier.com