17/01/2014  -  Fiscalité
« Retour à la liste

Calculer l’impôt sur le revenu à payer en 2014

 

 

Calculer l’impôt sur le revenu à payer en 2014

 

Si vous souhaitez connaître le montant d’impôt qui vous sera réclamé en 2014 au titre de vos revenus de 2013, l’administration mettra à votre dispostion fin janvier, son simulateur sur le site www.impots.gouv.fr.

 

Cet outil devrait tenir compte des modifications introduites par les lois de finances publiées au Journal Officiel fin 2013. En attendant, voici les nouveautés, liées au barème, qui provoqueront soit une hausse, soit une baisse de votre impôt.

 

Revalorisation des tranches de revenu imposable et de certaines limites

 

Après deux années de gel (pour les revenus de 2011 et 2012), les seuils des tranches du barème ont été revalorisés de 0,8% en fonction de l’inflation. En conséquence, de nombreuses autres limites ont été modifiées, comme le plafond de l’abattement de 10% par foyer fiscal sur les retraites porté à 3.689€, ou celui de la déduction forfaitaire de 10% pour frais professionnels des salariés porté à 12.097€.

 

Les limites de revenus conditionnant l’octroi d’un abattement sur le revenu imposable pour les personnes de plus de 65 ans ou invalides ont été relevées de 0,8%, et celles déterminant des allégements d’impôts locaux ou de CGG/CRDS sur les pensions de retraite en particulier ont été rehaussées de 4%.

 

En revanche, pas de changement concernant l’éventuelle pension alimentaire versée à un enfant majeur non rattaché. Elle reste déductible, sous conditions, dans la limite de 5.698€. Nouveau plafonnement des effets du quotient familialle

 

Avant d’être soumis au barème, le revenu imposable du foyer est divisé par « un quotient familial », d’une part pour une personne seule ou deux parts pour un couple marié ou pacsé (ou un veuf dont le conjoint ou partenaires de Pacs est décédé en 2013). Des demi-parts suppplémentaires sont attribuées pour de charges de famille, une invalidité, etc., mais l’économie d’impôt qu’elles procurent est plafonée.

 

Sauf exceptions, l’avantage maximal d’une demi-part pour chaque enfant a été ramené à 1.500€ (après avoir été abaissé de 2.000€ l’an passé). Ainsi, pour la part entière accordée par enfant supplémentaire à partir du troisième, l’économie d’impôt sera limitée à 3.000€ (au lieu de 4.000€). D’autres plafonds ont aussi été réduits de 500€. Ainsi, le gain maximal atteint : - 3.450€ pour la part entière attribuée attribuée pour le premier endfant à charge ou rattaché d’un parent isolé ;

 

- 6.172€ pour un veuf dont le conjoint est décédé avant 2013 et ayant un enfant à charge. En revanche, le plafond d’économie provenant de ces demi-parts supplémentaires a été maintenu au même niveau que l’an passé :

 

- à 897€, pour les personnes vivant seules, sans personnes à charge, et ayant supporté durant cinq années la charge d’un enfant, à titre exclusif ou principal, durant lesquelles elles vivaient seules ;

 

 

source : Fidroit