16/12/2016  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

Crédit immobilier : gros succès pour le PTZ

Le prêt à taux zéro a permis à de nombreux primo-accédants de réaliser leur rêve. Bilan 2016 et mode d’emploi du PTZ.

 

Critiquées par la Cour des comptes, les aides au logement - et notamment le prêt à taux zéro (PTZ) - sont plébiscités par les Français. Le nouveau dispositif PTZ, qui a été élargi en 2016 est un vrai succès. Chez le courtier en crédit immobilier Vousfinancer, le nombre de prêts accordés incluant un PTZ a grimpé de 75 % par rapport à 2015 ! Un tiers des primo-accédants ont ainsi pu en bénéficier en 2016, contre 23 % en 2015, avec en outre des montants en hausse de près de 15.000 EUR. Selon Vousfinancer, la montée en puissance du PTZ conjuguée au niveau historiquement bas des taux de crédit a poussé à l'achat de nombreux primo-accédants, qui représentent désormais pour ce courtier 45 % des emprunteurs contre 40 % l'an passé.

 

Des montants en hausse

 

Ainsi, 33 % des primo-accédants ont bénéficié d'un PTZ en 2016 contre 23 % en 2015. « Chez Vousfinancer, nous constatons que le prêt à taux zéro concerne aujourd'hui davantage de futurs acheteurs grâce à la fois au relèvement des plafonds de ressources pour en bénéficier et à son élargissement à l'ensemble du territoire dans l'ancien. Un primo-accédant sur 3 a profité de ce dispositif cette année, contre 1 sur 5 seulement en 2015 », analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques chez Vousfinancer.

 

En outre, les montants moyens de prêt à taux zéro accordés sont également en hausse, confirmant que le dispositif 2016 pouvant financer jusqu'à 40 % du montant du bien - contre 18 % à 26 % en 2015 - est plus avantageux. En moyenne, les PTZ atteignent 65.266 EUR, soit 27 % de plus qu'en 2015 (51.303 EUR).

 

Des profils d'emprunteurs stables

 

Le profil des emprunteurs n'a que faiblement évolué. Le montant moyen de leurs revenus est sensiblement le même, tout comme l'âge moyen du 1er achat (32 ans). Seul l'apport a quelque peu diminué et le montant emprunté légèrement augmenté.

 

« Si le prêt à taux zéro élargi a pu bénéficier à davantage de primo-accédants, le contexte de taux historiquement bas a également contribué à les resolvabiliser. En revanche, le fait que les particuliers accèdent pour la première fois à la propriété à 32 ans en moyenne, alors que l'entrée sur le marché du travail intervient près de 10 ans auparavant, montre bien que la situation économique et en particulier le fait que 86 % des embauches se fassent en CDD est un frein à l'acquisition et ce, même si tous les voyants sont actuellement au vert », conclut Jérôme Robin, président de Vousfinancer.

 

Qui a droit au PTZ ?

 

Le montant du PTZ est plafonné à 40 % du coût de l'opération. Sa durée va de 20 à 25 ans suivant les cas comprend une période de différé (de 5 à 15 ans) et une période de remboursement ( de 10 à 15 ans). Pour l'obtenir, plusieurs conditions sont exigées :

. Ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale au cours des 2 dernières années.

. Des conditions de ressources qui varient en fonction de la zone d'implantation du logement et de la composition de la famille (de 24.000 euros pour une personne en zone C à 118.400 euros à partir de 8 personnes en zone A). Le montant des ressources prend en compte le revenu fiscal de référence de l'année n-2 auquel on ajoute ceux des autres personnes destinées à occuper le logement qui ne sont pas rattachées au foyer fiscal.

. Le logement est neuf ou il s'agit de la transformation d'un local en logement ou le logement est ancien et les travaux représentent 25% du coût total de l'opération (soit au moins un tiers de la valeur d'achat du logement seul). Ces travaux correspondent à la création de surfaces habitables supplémentaires ou à la modernisation, l'assainissement ou l'aménagement de surfaces habitables ou à des travaux d'économies d'énergie.

 

Pour savoir si vous avez droit à un PTZ, vous pouvez utiliser le simulateur mis en ligne par le ministère du logement.

 

 

Source : Les Echos