21/03/2017  -  Fiscalité
« Retour à la liste

Deux tiers des Français veulent conserver l'ISF

Les Français restent attachés à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Mais la nouveauté, c'est qu'ils sont loin d'être fermés à l'idée d'une réforme de cet impôt.

 

C'est un sujet qui revient dans les débats à chaque élection présidentielle depuis sa mise en place par le gouvernement Rocard en 1989... Ce sujet, c'est évidemment l'impôt de solidarité sur la fortune, l'ISF. Et depuis le début le clivage reste le même : la gauche veut le conserver, la droite le supprimer. Et il semblerait que les Français penchent toujours pour la première solution, selon un sondage Odoxa-Guibor pour Radio Classique et Les Echos publié le 14 mars 2017.

 

En effet, 65% des personnes interrogées dans le cadre de l'étude sont opposées à la suppression de l'ISF. Ce taux est toutefois moins élevé que lors du dernier baromètre, datant d'octobre 2016 : 72% des Français se prononçaient alors contre cette suppression Sans surprise, le clivage politique sur la question se retrouve également dans les réponses données au sondage : les sympathisants de droite (hors FN) sont à 62% favorable à une suppression de l'ISF. Les sympathisants FN ne sont que 34% à vouloir cette mesure mais les plus opposés à la suppression de l'ISF sont bien évidemment les sympathisants de gauche : seulement 17% d'entre eux sont favorables à la mesure.

 

Des Français plutôt favorables à la réforme de l'ISF façon Macron

 

Interrogées sur la volonté exprimée par François Fillon de supprimer l'ISF, un peu moins de la moitié (49%) des personnes sondées pensent que François Fillon ne tiendra pas sa promesse une fois élu. Les sympathisants de droite lui font un peu plus confiance, sur la question, car ils sont 66% à penser qu'il supprimera bel et bien l'ISF en cas d'élection à la présidence de la République.

 

Le baromètre Odoxa-Guibor soumet également à l'opinion la proposition défendue par Emmanuel Macron : réformer l'impôt sur la fortune pour en faire un "impôt sur la rente immobilière". Ce nouvel impôt serait limité au patrimoine immobilier et aux rentes qu'il génère, les sommes investies dans les entreprises seraient ainsi totalement exonérées d'ISF. 53% des Français se déclarent favorables à cette mesure et 45% y sont opposés.

 

En revanche, les positions des autres candidats sur l'ISF n'ont pas été intégrées au sondage...

 

 

Source : La Tribune