09/02/2016  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

Energie : l’éolien s’impose comme troisième source d’électricité en Europe

Toujours derrière le gaz et le charbon, l’éolien représente désormais plus de 15 % du parc électrique de l’Union européenne et fournit 11,4 % de la consommation européenne.

 

Toujours contestée par certains, notamment en France ou de nombreux riverains s’opposent régulièrement à l’implantation de nouvelles turbines, l’énergie éolienne gagne du terrain en Europe. Avec 142 gigawatts (GW) de capacités, elle est de fait devenue en 2015 la troisième source de production d’électricité dans l’Union européenne. Selon le bilan annuel de l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA), qui réunit les acteurs industriels européens de la filière, quelque 12.800 mégawatts (12,8 GW) de nouvelles capacités éoliennes ont été installées dans l’Union européenne en 2015. Soit une hausse de 6,3% sur un an.

 

L’éolien représente 15,6% du parc électrique, juste devant l’hydroélectricité (15,5%), mais toujours derrière le gaz (21,1%) et le charbon (17,5%). Et cette énergie renouvelable a, selon le bilan dressé par l’EWEA satisfait 11,4% de la consommation de courant dans l’ensemble de l’Union européenne. Autre preuve de cette montée en puissance, à lui seul l’éolien a représenté près de 45% de l’ensemble des capacités électriques installées l’an dernier et a totalisé un record de 26,4 milliards d’euros d’investissements, en hausse de 40% par rapport à 2014.

 

L’Allemagne possède toujours le premier parc éolien d’Europe (45 GW), devant l’Espagne (23 GW), le Royaume-Uni (13,6 GW) et la France (10,4 GW).

 

L’éolien en mer au mieux de sa forme, le terrestre à la peine

 

C’est l’éolien en mer qui tire le mieux son épingle du jeu , notamment grâce aux efforts développés en Europe du Nord. Au total les installations de ce type d’énergie ont doublé avec, là encore, un niveau record d’investissements qui a atteint 13,3 milliards d’euros.

 

Par contre, l’éolien terrestre a lui marqué sérieusement le pas (-7,8%). C’est « le contrecoup des changements de soutiens (publics) intervenus depuis le début de la décennie », explique l’EWEA qui estime aussi que « l’incertitude réglementaire reste un défi de taille en Europe, particulièrement dans le terrestre ».

 

A l’initiative de la Commission européenne, les énergies renouvelables sont appelées à être moins soutenues directement via des tarifs d’achats et à être intégrées progressivement sur le marché de l’électricité.De nombreux pays sont ainsi en train de revoir leur politique de soutien, comme l’Autriche, la France, la Pologne ou l’Allemagne. Le Royaume-Uni a même décidé de supprimer les subventions à l’éolien terrestre à partir d’avril 2016.

 

 

Source : Les Echos