08/04/2015  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

Financement des startups : l’amorçage a le vent en poupe

Les chiffres sont particulièrement éloquents en France, où l’amorçage était le parent pauvre du capital-risque, ces dernières années, les fonds préférant investir dans les premiers ou deuxièmes tours de table de startups plus matures.

 

Sur les 524 millions d’euros investis par le capital-risque français au second semestre 2014, 9% ont été alloués à l’amorçage, contre 6% seulement un an auparavant et 5% au second semestre 2012, d’après l’indicateur élaboré par le cabinet de conseil en levées de fonds Chausson Finance, qui souligne le retour du «seed capital (amorçage) à un niveau plus classique.»

 

Dans la même veine, la taille médiane des investissements d’amorçage dans des startups européennes du secteur «tech» a grimpé de 29% en 2014, à 900.000 dollars, selon la base de données CB Insights.

 

Mieux encore, les investissements en amorçage aux Etats-Unis ont atteint en 2014 leur plus haut niveau depuis cinq ans, à 1,33 milliard de dollars, toujours d’après CB Insights.

 

Pourtant, «les risques que nous prenons en amorçage sont énormes car les business models des startups dans lesquelles nous investissons n’ont pas été éprouvés», reconnaît Boris Golden.

L’amorçage s’apparente certes à un coup de poker mais, comme au jeu, le jackpot peut-être très considérable, comme cela avait été par exemple le cas pour les investisseurs de la première heure dans Facebook.

 

 

Source : La Tribune