17/08/2016  -  Immobilier
« Retour à la liste

Immobilier : à Saint-Etienne, les étudiants dopent le marché locatif

Au 1er janvier 2017, Saint-Etienne entrera dans le cercle des métropoles françaises, au même titre que Toulon ou Dijon. Les prix immobiliers y sont abordables pour une grande ville de France (14ème après Reims et Le Havre), et la vie étudiante dynamique est un atout pour cette ville bien connectée aux autres métropoles de la région comme Lyon.

 

Célèbre pour son « Chaudron », le stade sportif français Goeffroy-Guichard, construit en 1930, et son équipe de football - les Verts - qui a dominé ce sport dans les années 60 et 70, Saint-Etienne est une ville du sud-est de la France située à une soixantaine de kilomètres de Lyon. Au XVIIIe siècle, son développement économique se concentrait autour des activités de métallurgie et d'exploitation des mines. Elle devient à cette époque "capitale du ruban". Riche d'un patrimoine historique, elle a su se développer et acquérir une identité nouvelle. Elle est à présent connue pour son statut de "ville du design". Saint-Etienne fait partie du réseau des villes de l'Unesco à ce titre, depuis 2010. On y trouve un appartement pour un prix moyen au mètre carré de 1.034 euros, et une maison pour un prix moyen au mètre carré de 1.503 euros (selon les données arrêtées au 1er août 2016 de MeilleursAgents.com).

 

« L'activité est bien supérieure à l'année dernière, que ce soit sur les transactions ou les locations », affirme Marc Tailhardat, directeur d'une agence Century 21. Il ajoute : " les prix ne remontent pas pour autant, c'est plutôt stable". "Sainté" comme l'appelle familièrement les Stéphanois, est une ville agréable à vivre : d'après le palmarès 2015-2016 de l'Etudiant.fr, Saint-Etienne obtient la 9ème place pour le cadre de vie.

 

Quartier Foch : calme et proche du centre

 

Le secteur Foch est situé au nord de la ville, au-delà de la place Carnot jusqu'aux abords du parc de Montaud. Quartier commercialement animé, il dispose aussi de nombreux pôles d'activités universitaires, tels qu'une école d'ingénieur, Télécom Saint-Etienne, l'Ecole Supérieure d'Art et Design, entre autres. On trouve un appartement pour un prix moyen au mètre carré entre 1.200 et 1.550 euros (selon Marc Tailhardat). Dans ce quartier, il a récemment vendu rue Edmond Charpentier, un joli appartement de 90 mètres carrés au dernier étage, avec une belle vue dégagée sur la ville, comprenant un garage, à 98.000 euros, en deux mois. Un autre exemple de vente dans ce secteur : un appartement de 121 mètres carrés, boulevard louis Lumière, au quatrième étage (sur sept niveaux), dans un immeuble bien entretenu, comprenant un balcon avec vue dégagée orienté ouest, vers la colline de Montaud, vendu 186.000 euros en cinq mois. C'est un quartier calme, situé à 10 minutes du centre-ville et du tramway, il plaît beaucoup aux personnes qui souhaitent s'éloigner de l'activité du centre-ville tout en profitant de la proximité des commerces.

 

Centre-ville moins apprécié par les acheteurs

 

Au coeur de la ville, les rues sont très étroites, la circulation est donc difficile. "Si les acquéreurs ont le choix, ils ne privilégient pas le centre-ville", explique Marc Tailhardat. Le charme de l'immobilier ancien se concentre pourtant dans cette localisation : les beaux biens, de type ancien s'y trouvent. Marc Tailhardat a récemment vendu, dans l'hyper-centre, place Dorian, au dernier étage d'un immeuble inscrit au titre de monument historique, avec des parties communes remarquables, un appartement de 69 mètres carrés, en bon état, et avec une décoration au goût du jour, à 117.000 euros, en un mois.

 

Saint-Etienne deviendra métropole en 2017

 

Le statut de métropole devrait apporter à la ville une visibilité nationale et internationale et une certaine attractivité économique. Marc Tailhardat souligne aussi que " cela permettra d'avoir une communauté de moyens favorable aux investissements collectifs". Il évoque notamment la gestion partagée des décisions concernant l'habitat (équipement du territoire dans le cadre du plan local d'urbanisme) grâce aux versements de fonds de soutien de l'Etat dans le cadre de ce nouveau statut.

 

Marché locatif dynamique grâce aux étudiants

 

La large palette de formations proposées (sauf dentaire et pharmacie) attire de nombreux étudiants chaque année. Entre l'Ecole des Mines, l'Ecole Supérieure d'Art et Design, l'Ecole nationale d'ingénierie, la faculté de Droit, entre autres, les étudiants ont le choix. Depuis 2013-2014, l'unité urbaine a gagné près de 15 % d'étudiants, soit la 9ème plus forte augmentation sur l'ensemble des villes de l'étude. L'événement "Sainté accueille ses étudiants" organisé par la ville tonifie l'image de Saint-Etienne auprès de la jeune population, qui profite lors de ce moment de découvertes culturelles, soirées VIP, et autres tournois sportifs entre établissements. Un autre point forte de la ville pour les étudiants : le Sainté-pass mis en place par la ville pour les jeunes de 16 à 25 ans, est gratuit et propose des bons plans gratuits, ou des réductions pour certains événements. « C'est un marché porteur sur les jeunes, on constate beaucoup d'investissements sur les studios, T1, T2 », souligne Marc Tailhardat. Le quartier Metare est lui, en perte de vitesse, et plaît moins aux étudiants. Les immeubles des années 1960 sont bien entretenus. Mais ils ne correspondent plus aux attentes des jeunes qui évitent ce quartier et lui préfèrent le centre ou Fauriel. Le coeur de ville garanti une vie de quartier animé, ainsi que le charme des appartements anciens.

 

 

source : Les Echos
Crédit photo : Daniel Villafruela