28/08/2017  -  Immobilier
« Retour à la liste

IMMOBILIER : APRÈS UN 1ER SEMESTRE RECORD, COMMENT S'ANNONCE LA FIN DE L'ANNÉE ?

L'immobilier reste dynamique malgré la hausse des taux d'intérêt. La FNAIM, Fédération nationale de l'immobilier, fait le bilan du premier semestre 2017. Celui-ci a été marqué par trois grandes tendances : la hausse des prix, la remontée des taux immobiliers mais aussi l'augmentation du nombre de transactions. Rétrospective.

 

UN DÉBUT D'ANNÉE SOUS LE SIGNE DE LA HAUSSE

 

La fédération de professionnels revient sur un premier semestre qui enregistre un record : celui du nombre de ventes annuelles. 900 000 transactions ont été conclues en un an ! Signe que le marché... marche bien !

 

Par rapport à juin 2016, on observe donc une évolution de +9,9% du volume de transactions : 900 000 en 2017 contre 819 000 en 2016. Preuve que les particuliers profitent des conditions favorables du secteur du crédit immobilier. Néanmoins, "le record doit être relativisé, car depuis 2000, le parc immobilier s’est accru de 20%". Alors certes, les ventes ont le vent en poupe mais de manière totalement disparate. 20 départements représentent près de la moitié des transactions ! Preuve que le marché roule à différentes vitesses selon les zones...

 

Un autre élément a été significatif au premier semestre : la hausse des prix qui est un véritable frein pour les ménages modestes. En effet, les prix connaissent une croissance de 4% sur les douze derniers mois. Et dans les grandes villes on dépasse souvent cette moyenne ! En atteste notre article sur le prix de la pierre. Et la remontée des taux bancaires, lente et modérée, depuis décembre 2016, ne doit pas être prise à la légère non plus. Des prix et des taux d'emprunt qui grimpent ont eu pour conséquence le ralentissement de la demande au second semestre... qui a déjà bien démarré...

 

Chiffres clés :

900 000 ventes annuelles à fin juin 2017,

4% de hausse de prix en moyenne avec des disparités régionales,

Des taux de crédit immobilier toujours en dessous de 2% sur 20 ans.

 

COMMENT S'ANNONCE LA FIN DE L'ANNÉE ?

 

La demande va certainement continuer de ralentir. Surtout si les prix persistent à augmenter.

 

Après une activité très dynamique, on enregistre plutôt un ralentissement. Et cela devrait se poursuivre. Sauf si le gouvernement venait à stopper le PTZ ou le dispositif loi Pinel... Les particuliers (investisseurs ou accédants à la propriété) viendraient alors stimuler de manière artificielle le marché jusqu'à la fin de l'année.

 

En termes de taux de prêt immobilier, on devrait rester en dessous des 2% sur 20 ans et la lente remontée devrait se prolonger. Le conseil à retenir si vous avez un projet d'acquisition, c'est de ne pas le reporter à l'année prochaine dans l'hypothèse de meilleures conditions de marché. Celles-ci sont actuellement très favorables. Et on ne sait pas à quelle sauce seront mangés les prêts aidés qui favorisent les primo-accédants et les ménages les plus modestes...

 

 

Source : Empruntis.com