29/12/2015  -  Immobilier
« Retour à la liste

Immobilier : les nouveautés qui prennent effet au 1er janvier 2016

La nouvelle année est synonyme de changements dans l'immobilier. Les candidats à l'accession à la propriété sont concernés au premier chef, avec l'amélioration du prêt à taux zéro. Mais ils ne sont pas les seuls... Tour d'horizon de ce qui bouge au 1er janvier 2016.

 

• Pour les acheteurs, un prêt à taux zéro plus élevé

 

Principale nouveauté de ce début d'année 2016, le prêt à taux zéro (PTZ) devient beaucoup plus attractif. Ce prêt complémentaire d'un crédit immobilier classique, réservé aux candidats à l'accession à la propriété, finance désormais jusqu'à 40% du montant de l'acquisition, contre 26% maximum auparavant. De plus, les plafonds de revenus à ne pas dépasser pour y avoir droit ont été revus à la hausse et les emprunteurs pourront débuter son remboursement plus tardivement. Enfin, l'accès au PTZ pour l'achat d'un logement ancien sous conditions de travaux a été étendu à tout le territoire.

 

Mauvaise nouvelle en revanche pour les acheteurs parisiens, les frais d'acquisition augmentent dans la capitale. La faute au relèvement des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) votée par la mairie.

 

• Pour les propriétaires écoresponsables, des aides à la rénovation améliorées

 

Deux aides à la rénovation énergétique sont bonifiées en 2016. L'éco-PTZ, prolongé jusqu'en 2018, peut désormais être délivré à l'achat d'un logement à rénover, à condition de fournir un devis des travaux d'ici son versement. Un prêt complémentaire à l'éco-PTZ pourra être proposé pour financer d'autres travaux de rénovation dans la limite de 30.000 euros, mais seulement à compter du 1er juillet prochain.

 

Le crédit d'impôt à la transition énergétique (CITE) est quant à lui modifié à la marge, afin d'intégrer de nouveaux équipements. Les paramètres de l'avantage fiscal (taux de 30%, plafond de dépenses) restent cependant les mêmes.

 

• Pour les bailleurs, une nouvelle exonération fiscale

 

A partir du 1er janvier, louer une partie de sa résidence principale à un travailleur saisonnier n'est plus soumis à l'impôt. Les propriétaires doivent toutefois se restreindre en matière de loyer : leurs revenus locatifs ne doivent pas excéder 184 euros par mètre carré et par an en Ile-de-France, une limite ramenée à 135 euros partout ailleurs. Soit 1.840 et 1.350 euros par an respectivement pour la location d'une chambre de 10 mètres carrés.

 

A ne pas oublier : Tous les logements doivent être équipés d'un détecteur de fumée au 1er janvier 2016, sans exception.

 

• Pour les propriétaires terriens, une fiscalité relevée sur les plus-values

 

Le changement de calendrier marque la fin de l'abattement exceptionnel de 30% sur les plus-values réalisées à la vente de terrains à bâtir. Le gain enregistré à la cession redevient imposable selon la fiscalité des plus-values immobilières habituelle.

 

 
Source : Toutsurmesfinances.com