27/09/2016  -  Immobilier
« Retour à la liste

Immobilier : pourquoi investir en locatif en 2016 ?

Qui sont les Français qui font le choix de l’investissement locatif  en 2016 ? Quelles sont leurs motivations ? Sont-ils satisfaits de leur placement ? Une étude du Crédit Foncier fait le point.

 

L'immobilier reste un actif privilégié des investisseurs. Et le phénomène ne fait que s'accentuer. Le locatif privé devrait représenter 15,4 % des logements construits en 2016, contre 14,2 % en 2015. De même, à la question: « Si vous disposiez d'une somme d'argent à investir, quels supports privilégieriez-vous ? », 65 % des Français répondent l'immobilier en premier choix en 2016, contre 57 % en 2015. L'immobilier passe donc devant l'assurance-vie (19 %), un livret d'épargne sécurisé (11 %) et les marchés financiers (10 %). C'est ce qui ressort de l'étude du Crédit Foncier sur les motivations des Français qui font le choix de l'investissement locatif en 2016.

 

Fiscalité, patrimoine, complément de retraite

 

Plusieurs motivations expliquent cet engouement, avec des disparités fortes entre ceux qui investissent dans le neuf ou dans l'ancien. La perspective de payer moins d'impôts tout d'abord est citée par la moitié (50 %) des ménages ayant réalisé un investissement locatif. Elle est cependant nettement plus forte pour les investisseurs dans le neuf (71 %) - celui-ci bénéficiant notamment du succès du dispositif de défiscalisation Pinel - que dans l'ancien (16 %). La perspective de se constituer un patrimoine est la seconde motivation des investisseurs locatifs sondés (47 %). Contrairement au motif précédent, celui-ci est bien plus fort dans l'ancien (56 %) que dans le neuf (41 %). Enfin, disposer d'un futur complément de retraite est la troisième motivation des investisseurs locatifs (46 %). C'est d'ailleurs la première motivation des investisseurs dans l'ancien (59 %), perspective bien plus forte que dans le neuf (38 %).

 

Transmettre le bien à vos enfants arrive donc en 4ème argument pour les investisseurs dans l'ancien et dans le neuf confondus, mais c'est la troisième motivation pour ceux uniquement dans l'ancien (38 %). Disposer d'un capital dans quelques années (27 %), l'aspect valeur refuge que représente l'immobilier (17 %), pour l'occuper un jour à la retraite (6 %), arrivent après. La proximité géographique entre l'investissement locatif et le domicile de l'investisseur dépend également très fortement de s'il s'agit de neuf ou d'ancien. La plupart des investissements dans le neuf (62 %) sont éloignés du domicile de l'investisseur, alors que ceux dans l'ancien se font majoritairement à proximité (67 %) .

 

Les appartements de petite taille privilégiés

 

Les investisseurs locatifs privilégient les appartements aux maisons et ce sont ceux de petite taille qui ont leur préférence. Ainsi, neuf transactions sur dix (92 %) portent sur des appartements, plutôt que sur des maisons individuelles. De même, les investisseurs se tournent très majoritairement vers les petites surfaces, et ce depuis déjà plusieurs années (2 pièces ou studios pour plus de la moitié des investisseurs). La surface du bien est en moyenne de 45 m2 pour un montant médian d'acquisition de 164.000 euros en 2016 avec de fortes disparités régionales : le montant d'acquisition est ainsi de 209.000 euros en Ile-de-France et de 165.000 euros en Pays-de-Loire.

 

Concentration dans le Sud et l'lle-de-France

 

Cinq régions sur treize concentrent 79 % de l'investissement locatif : Occitanie (anciennement le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, 26 %), Ile-de-France (19 %), Auvergne-Rhône-Alpes (12 %), Nouvelle Aquitaine (anciennement Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, 11 %) et la Provence-Alpes-Côte d'Azur (11 %). Ce phénomène n'est pas nouveau mais s'est accentué au fil des années, la part des cinq régions étant de 76 % en 2010.

 

Du point de vue du financement, la très forte baisse des taux de crédit a fortement incité les investisseurs à davantage augmenter la part empruntée. La quasi totalité du prix d'acquisition (98 %) est financée à crédit en 2016, contre 94 % en 2010. Le montant médian emprunté a ainsi augmenté de 13 % entre 2010 et 2016.

 

Profil des investisseurs locatifs en 2016

 

Le re venu annuel médian des investisseurs locatifs s'établit à 69.300 euros, en augmentation de 9 % en six ans (2010). Il est 15 % plus élevé en Ile-de-France (79.670 euros).

 

L'âge moyen est de 45 ans ; les plus de 40 ans représentent l'essentiel des investisseurs locatifs particuliers (69 % du total).

 

Source : Les Echos