17/11/2014  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

La bonne surprise de la croissance française au troisième trimestre

Alors que l’Allemagne a vu sa croissance augmenter de 0,1%, le PIB dans l’Hexagone a progressé de 0,3% au troisième trimestre selon l’Insee, soit un peu mieux que prévu !

 

Alors que l’Allemagne a vu sa croissance augmenter de 0,1%, le PIB dans l’Hexagone a progressé de 0,3% au troisième trimestre selon l’Insee, soit un peu mieux que prévu ! Mais la croissance a été tirée par la consommation... publique. Et malheureusement, le trimestre précédent a été revu à la baisse.

 

Bonne nouvelle, le PIB a progressé de 0,3 % au troisième trimestre, selon l’Insee, alors que Banque de France par exemple n’attendait que 0,2% et la plupart des économistes étaient encore plus pessimistes. La France affiche ainsi la plus forte croissance depuis le printemps 2013. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a ainsi estimé dans un commu-niqué que la prévision gouvernementale d’une croissance française de 0,4% en 2014 se trouvait «confortée».

 

Mais pas plus de commentaires. En effet, l’effet bonne surprise ne dure pas longtemps. Après avoir révisés ses chiffres, l’Insee a revu le taux de croissance pour le 2e trimestre, qui a reculé de 0,1 %, et non stagné comme initialement annoncé. La croissance française portée par la consommation publique

 

Sur le trimestre écoulé, la croissance française a été portée par la consommation des ménages, elle-même soutenue par le recul des prix de l’énergie, la baisse de l’inflation et celle de l’euro. Mais la hausse du PIB français s’explique avant tout par la bonne tenue de la consommation publique: les dépenses des administrations publiques ont grimpé de 0,8% cet été. La Banque de France souligne en outre que le crédit repart légèrement, un élément également positif.

 

En revanche, l’investissement est toujours en berne et continue de plomber la croissance: l’investissement public ou privé a reculé de 0,6%. Mais l’investissement des ménages, c’est-à-dire essentiellement l’achat de logement, a lui reculé de 1,7% au troisième trimestre, tandis que celui des administrations publiques a baissé de 1,2%, le plus fort recul observé depuis le début de l’année.

 

«Ce n’est pas terrible en France mais c’est bien moins bon ailleurs», avance Thierry Mandon, secrétaire d’État à la réforme de l’État et à la simplification. Le Produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne a progressé de 0,1% au troisième trimestre, selon un chiffre provisoire publié aujourd’hui, conforme aux attentes et qui permet à la première économie eu-ropéenne d’échapper de justesse à la récession.

 

 

Source : Le Figaro