19/11/2015  -  Patrimoine
« Retour à la liste

L’argent métal, c’est maintenant ou jamais !

Le 6 avril dernier, Christophe Vereecke, consultant analyste marché, nous mettait en garde contre la fin des « soldes » sur l’argent. Depuis, des articles ont commencé à évoquer un phénomène de possible bulle autour de l’argent. Ce risque existe-t-il vraiment ? Les usages de l’argent métal étant liés à des problématiques d’avenir, une demande croissante est en vue. On peut se préparer à une ruée sur l’argent.

 

Si vous voulez avoir une idée du prix d’un produit, regardez toujours du côté de la demande. Avec l’essor de la demande industrielle en argent métal et une demande record du côté de l’Inde, les prix devraient continuer de grimper dans les années à venir. La demande en argent métal est telle qu’elle devrait même finir par signer la fin du marché de l’argent papier.

 

Les réserves d’argent du Comex (Commodity Exchange, Inc.) sont très faibles et continuent de diminuer, alors que l’Inde continue d’importer des quantités record d’argent. Si l’écart entre l’offre et la demande continue de se creuser, « La demande en argent physique finira par détruire les marchés papiers », déclare Steve St Angelo dans 24hGold.

 

Quand le gouvernement indien a augmenté les taxes sur l’importation d’or, les indiens se sont reportés sur l’argent métal, beaucoup plus bon marché.

En mai dernier, l’Inde avait importé 1542 tonnes d’argent ! En août dernier, l’Inde a établi un second record en important 1400 tonnes d’argent.

L’Inde détrône ainsi les Etats-Unis comme premier importateur d’argent du monde.

Le graphique ci-dessous montre l’explosion de la demande en argent de l’Inde par rapport aux Etats-Unis (en millions d’onces).

 

Importations argent US et Inde

 

 

A eux seuls, les Etats-Unis et l’Inde représentent 63% de l’offre totale.

 

D’après ce graphique de srsroccoreport.com https://srsroccoreport.com/, on constate que la seule demande indienne dépasse les quantités d’argent en réserve au Comex et les inventaires livrables qui s’élèvent aujourd’hui à 43,7 millions d’onces ne cessent de se réduire et très rapidement.

Les investisseurs doivent donc s’attendre à une pénurie d’argent dans les mois et les années à venir et tôt ou tard, le prix de l’once d’argent qui ne suffit déjà pas à couvrir les coûts de production va exploser. « La demande physique finira par surpasser les marchés papiers manipulés et endettés » conclut Steve St Angelo et l’Inde pourrait en être le principal facteur.

 

Nous ne sommes pas les seuls à penser que l’argent ne vaut pas grand-chose mais pas pour longtemps. Dans un article publié sur Letemps.ch, Emmanuel Garessus met en lumière le comportement inverse de l’argent par rapport à celui des obligations. Depuis avril 2011, l’once d’argent a fortement baissé, passant de 50 dollars à 14,80 dollars le 20 juillet dernier.

 

Depuis la démonétisation des métaux précieux en 1873, le ratio or/argent est de 70/1 (c’est-à-dire 70 onces d’argent pour 1 once d’or), alors que son niveau historique était plutôt de 16/1, voire 12/1.

 

Cela signifie que le prix de l’argent est largement inférieur à celui de l’or et qu’il est pour le moment très accessible, mais aussi que ce ratio n’est pas tenable. Selon les prévisions des experts, ce ratio va diminuer. Car comme le souligne Martin Prescott, formateur trader, « Tout ce qui tend à monter tend à redescendre et tout ce qui tend à descendre tend à remonter. Il est donc tout à fait légitime de penser que dans les années à venir, l’argent va revenir à son niveau historique de 12 pour 1 de levier et peut-être même arriver à un niveau équivalent à l’or de 1 pour 1, avec le prix d’une once d’argent égal à celui d’une once d’or ».

 

Selon Pierre Leconte du Forum Monétaire, « Deux paramètres principaux plaident en faveur de l’argent. Le premier est le dollar et le second le ratio entre l’or et l’argent ». Depuis les prévisions inflationnistes soutenant l’euro, la crise grecque a frappé et l’once d’argent est au plus bas. La remontée du cours de l’argent, ce n’est pas dans l’immédiat, mais ça ne change rien aux arguments qui lui sont favorables.

 

Le photovoltaïque en pleine expansion

 

L’énergie solaire

 

L’importance de la demande en argent métal vient notamment du secteur de l’énergie solaire. Figurez-vous que la demande pour l’industrie photovoltaïque est passée de 7,3 tonnes en 2005 à 59,9 tonnes en 2014 ! Et cette demande va continuer d’augmenter. En Inde, l’installation de panneaux solaires est en train de dépasser les parcs éoliens. L’énergie solaire est l’avenir dans tous les pays ayant un fort ensoleillement (et de moins en moins de précipitations), au Moyen-Orient, en Californie, en Australie…

 

Compte tenu des problématiques croissantes liées au réchauffement climatique, l’industrie énergétique cherche de plus en plus d’alternatives aux combustibles fossiles, de plus en plus rares et de plus en plus polluants.

 

Le solaire constitue une source d’énergie propre et directe et un plus c’est un secteur rentable. Des maisons individuelles aux grandes entreprises, l’énergie solaire prolifère. Mais ce que beaucoup ne savent pas, c’est que l’argent est l’un des composants principaux des cellules photovoltaïques qui captent les rayons du soleil et les transforment en énergie. 90% des cellules photovoltaïques en silicium cristallin (la plus courante) cellulaires utilisent de la pâte d’argent et de près de 70 millions d’onces d’argent vont être utilisées dans l’énergie solaire d’ici 2016.

 

La purification de l’eau

 

Utilisé en masse dans les millions de filtres vendus chaque année, l’argent, de concert avec l’oxygène, agit comme un puissant désinfectant qui offre une alternative efficace à d’autres systèmes de désinfection plus nocifs. Ses propriétés antibactériennes empêchent les bactéries et les algues de se développer à l’intérieur des filtres. L’argent rend l’eau potable en éliminant les bactéries, le chlore, les trihalométhanes, le plomb, les particules et les mauvaises odeurs. Les hôpitaux, les réseaux d’eau municipaux, les piscines et les spas commencent à intégrer des ions d’argent dans leurs systèmes de purification d’eau. L’ionisation des réseaux d’eaux avec du cuivre et de l’argent s’avère efficace, même si les dosages sont encore techniquement difficiles à gérer.

 

L’argent fait aussi partie des moyens de lutte contre des maladies comme les légionelles (Legionella spp) et les pseudomonas. Différents systèmes utilisant l’argent sont à l’étude dans des centres hospitaliers, comme les filtres jetables à fixer directement sur la robinetterie. Ils contiennent un additif bactériostatique à base d’argent, sans relargage dans l’eau. Ils sont sans risque de contamination, grâce à leurs composants.

 

(source site Hygiène prévention et contrôle de l’infection de Vaud).

 

L’eau potable est une problématique majeure dans les pays en voie de développement et l’argent est l’une des clés dans le traitement de cette question.

 

L’isolation thermique des fenêtres

 

L’argent est le métal le plus réfléchissant et est de plus en plus utilisé dans l’isolation thermique pour réduire la consommation d’énergie. Des fenêtres avec un revêtement invisible en argent réfléchissent jusqu’à 95% des rayons du soleil (pour les plus bon marché !) et gardent la chaleur à l’intérieur. Aux Etats-Unis, plus de 250 millions de mètres carrés de verre revêtus d’argent sont utilisés chaque année.

 

Même si l’argent est utilisé en quantités infinitésimales, il va de plus en plus être utilisé, et à très grande échelle, vu qu’il est la clé de problématiques d’avenir.

 

Source The Silver Institute : « L’argent dans les énergies vertes »

 

Un minerai qui se raréfie

 

Comme les énergies fossiles, les réserves d’argent non plus ne sont pas éternelles. Selon des experts en géologie, Armin Reller et la University of Augsburg et Tom Graedel et Yale University, si la demande continue d’augmenter (ce qui sera le cas compte tenu des perspectives d’usage à venir), les mines d’argent pourraient être taries d’ici 15 ans.

 

Depuis 2005 où la production minière était de 639,9 tonnes à 2014 où elle culminait à 877,5 tonnes, la production minière pourrait atteindre un pic d’ici deux ans, alors que les teneurs en argent dans les mines diminuent fortement depuis des années. Avec une once d’argent inférieure au coût moyen d’exploitation minière, ce niveau de production n’est pas tenable et ce manque à gagner gèle toute perspective de prospection, mettant en péril l’approvisionnement futur.

 

La problématique de recyclage

 

L’argent est utilisé en quantités infinitésimales, il est intégré directement dans les éléments qu’il compose. Contrairement à l’or ou au cuivre qui sont en proportion dominante dans les alliages utilisés, l’argent est employé en quantités infimes. D’où la difficulté, voire l’impossibilité, de le recycler. Récupérer des particules d’argent dans les smartphones, les catalyseurs, les filtres, puces sans contact de types RFID et NFC… s’avérerait extrêmement coûteux et compliqué. Le seul secteur dans lequel il serait rentable de récupérer l’argent est la photographie argentique, qui est hélas en train de péricliter.

 

Attendez-vous à un gros rush sur l’argent

 

L’argent métal, vu par le prisme de son utilisation dans des technologies vertes, va connaître un déséquilibre certain entre l’offre et la demande. A lui seul, ce hiatus constitue un facteur de hausse de prix de l’argent métal dans les années à venir. Si l’on ajoute à cela un marché papier qui a de plus en plus de mal à truquer les cours, un ratio or/argent intenable et une perspective de rebond technique après une longue période baissière, on a tous les ingrédients pour une ruée sur l’argent dans les années qui vont venir.

 

En termes d’épargne, l’argent métal est plutôt bien loti. Aujourd’hui, la demande en argent physique d’investissement est 4 fois plus élevée, notamment grâce à une forte demande de pièces en argent émanant de certains pays (Etats-unis, Canada, Inde, Espagne). La Canadian Mint a dû faire face plusieurs fois à des pénuries au niveau de la demande de pièces en argent.

 

« L’or du pauvre » est promis à un bel avenir et est, au même titre que l’or, un actif tangible de protection du patrimoine. Ce n’est pas pour rien si ces deux métaux précieux sont les plus vieilles monnaies du monde. Aujourd’hui, il existe des produits en argent métal complètement dédiés à l’épargne, avec une fiscalité avantageuse et qui offrent les mêmes bénéfices que l’or, à moindre coût.

 

Placer 10% de son épargne dans l’argent métal et 20% dans l’or physique permet de se protéger de l’inflation et d’amortir de potentielles pertes enregistrées par d’autres actifs.

Tous les épargnants qui possédaient une partie de leurs placements en métaux précieux après la crise de 2008 peuvent aujourd’hui en témoigner.

 

 

Source : L'oretl'argent.info