21/04/2015  -  Juridique
« Retour à la liste

Le Sénat autorise l’utilisation du PEL pour acheter des meubles

Les sénateurs ont adopté deux amendements à la loi Macron qui per-mettrait d’utiliser jusqu’au 31 décembre 2017 son plan d’épargne loge-ment pour s’équiper en meubles. Reste à savoir si l’Assemblée nationale conservera cette disposition.

 

Du côté des professionnels du meuble, on se frotte les mains. Vendredi dernier, le Sénat a adopté deux amendements qui permettraient un déblo-cage partiel et temporaire du Plan d’épargne logement (PEL) pour l’achat de meubles neufs. Une mesure qui prendrait fin le 31 décembre 2017 et serait plafonnée à 10.000 euros par PEL.

 

Le lobbying en ce sens des industries françaises de l’ameublement se com-prend mieux lorsque l’on sait que ce secteur est actuellement en crise. Il paie un lourd tribut aux difficultés du marché immobilier avec un recul de plus de 10 % au cours des trois dernières années. Dans un communiqué conjoint, indus-triels et distributeurs d’ameublement soulignent: «Cette disposition, réclamée depuis plusieurs mois par la filière meuble, est sans coût pour les finances publiques, l’Etat n’ayant pas à verser la prime dans la mesure où les PEL concernés demeurent ouverts.»

 

Une mesure dont les professionnels attendent un bond de 5 à 12 % de la consommation de meubles. Il estiment que seuls 0,5 % des 201 milliards d’eu-ros déposés sur 13 millions de PEL profiteront de cette disposition. Une me-sure dont les professionnels attendent cependant un bond de 5 à 12 % de la consommation de meubles, «tout particulièrement pour le mobilier milieu/haut de gamme encore largement fabriqué en France et prisé par les détenteurs de PEL déjà propriétaires de leur logement».

 

Dans les années 1980, une mesure de ce type avait déjà été adoptée por-tant spécifiquement sur le marché de la cuisine équipée. Mais pour que ces amendements entrent en vigueur, encore faut-il que le texte soit définitive-ment inscrit dans le projet de loi Macron lors de son retour devant l’Assemblée nationale.

 

 

Source : Le Figaro