30/05/2016  -  Fiscalité
« Retour à la liste

Les départements alourdissent la fiscalité locale

Le taux de fiscalité sur les ménages augmente de 5,2% dans les départements, soit la plus forte hausse depuis 2009, et de 1% dans les grandes villes et leurs groupements.

 

Beaucoup s'attendaient à ce que les maires, dont le congrès annuel s'ouvre ce mardi, se lâchent cette année sur les hausses d'impôts, dans un contexte où ils jugent trop rapide et brutale la baisse des dotations que l'Etat leur verse. Mais les grandes villes et leurs intercommunalités se sont en définitive montrées raisonnables en 2016, n'augmentant les taux d'imposition sur les ménages que de 1%, après + 1,8% l'an dernier, selon l'étude du Forum pour la gestion des villes et des collectivités locales, dévoilée en exclusivité pour Le Figaro. Reste que près d'un tiers ont tout de même eu recours au levier fiscal.

 

Mais si la tempête n'a pas eu lieu dans les grandes villes, c'est au niveau du département qu'elle s'est abattue sur les contribuables. En tout cas sur les propriétaires. Plus d'un tiers des départements ont remonté leur taux de taxe foncière sur les propriétés bâties, le seul impôt sur lequel ils peuvent encore agir. L'Ile-de-France est particulièrement touchée. La palme revient aux Yvelines, dont le taux de taxe foncière a bondi de...66%, passant de 5% à 12,58% (ce qui représente 125 euros en plus par foyer) ; suivies dans la région par le Val d'Oise (+29,7%), l'Essonne (+29%) et la Seine-et-Marne (+14,6%). Mais le Nord (+25,7%) ou le Loir-et-Cher (+25%) n'ont pas non plus fait preuve de scrupules un an après les élections.

 

Ces département justifient leur décision par l'explosion des dépenses sociales, en particulier de RSA, et la baisse des dotations de l'Etat. De leur côté, les maires ont bénéficié de recettes fiscales dynamiques et sont parvenus à freiner la hausse de leurs dépenses.

 

 

Source : Le Figaro