04/05/2016  -  Fiscalité
« Retour à la liste

Les hausses de prélèvements qui guettent les ménages

Certaines mesures fiscales votées dans le passé trouveront leur rythme de croisière en 2017.

 

Si l'Elysée pousse à une nouvelle baisse d'impôt, c'est aussi pour ne pas se voir opposer les hausses de prélèvements qui entreront en vigueur en 2017. Certaines mesures, votées dans les précédentes lois de finances, trouveront leur rythme de croisière l'an prochain. De quoi ternir le message de « pause fiscale » que l'exécutif tente de faire passer.

 

Nouvelle hausse de la taxe carbone

 

La montée en puissance de la contribution climat-énergie, plus connue sous le nom de « taxe carbone », aura des effets lorsque les automobilistes passeront à la pompe. Cette hausse est évaluée à 1,8 milliard, ménages et entreprises confondus. Pour ceux qui roulent au diesel, la facture sera encore plus lourde, puisque la TICPE sur le gazole sera augmentée de nouveau de 1 centime en 2017. Le rééquilibrage avec l'essence devrait se poursuivre dans le budget 2017, comme annoncé par le Premier ministre, Manuel Valls, la semaine dernière.

 

Hausse des cotisations retraite

 

C'est la conséquence d'une loi datant de janvier 2014 et d'un décret de l'été 2012, mais la hausse des cotisations décidées dans le cadre de la réforme des retraites devrait encore produire ses effets en 2017, à hauteur de 800 millions d'euros, selon les estimations faites à l'époque.

 

Incertitude sur les impôts locaux

 

Si les hausses d'impôts locaux se calment dans les grandes villes (« Les Echos » du 27 avril), on ne peut pas exclure que les communes ne puissent céder pas à cette tentation, alors qu'une nouvelle baisse des dotations est programmée pour 2017. Chaque année, les députés votent une hausse des valeurs locatives au Parlement, souvent supérieure à l'inflation, ce qui se traduit sur les taxes locales.

 

Fin du crédit d'impôt transition énergétique

 

Le crédit d'impôt transition énergétique (CITE), applicable sur les travaux d'isolation dans les logements, doit prendre fin en décembre 2016. A moins qu'il ne soit prolongé une nouvelle fois pour éviter un trou d'air dans les carnets de commandes des artisans.

 

Taxe sur le foncier non bâti

 

Elle concerne peu de contribuables mais a des effets redoutables pour les propriétaires de terrains constructibles dans les zones tendues. La taxe sur le foncier non bâti, même si elle a été revue dans le collectif budgétaire de 2015, devrait encore monter en puissance en 2017 pour ceux qui ne se seraient pas encore résolus à céder leur terrain.

 

 

Source : Les Echos