05/10/2015  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

Les ménages voient leur pouvoir d'achat bondir

 

Selon l'Insee, le pouvoir d'achat devrait progresser de 1,7% cette année, porté la faiblesse de l'inflation, l'accélération des revenus d'activité et des revenus de la propriété.

 

C'est une bouffée d'oxygène pour les ménages. Selon l'Insee, leur pouvoir d'achat progresserait de 1,7% cette année, soit 0,6 point de plus qu'en 2014. En 2013, il avait reculé de 0,1%.

 

Cette augmentation s'explique-t-il par une remontée des salaires ? Raté. Il semble que les chefs d'entreprises fassent un autre usage du crédit d'impôt pour la compétitivité (CICE) bien que ce dispositif entré en vigueur en 2014 ait notamment pour objectif de permettre aux entreprises de revaloriser les salaires de tout ou partie de leurs effectifs.

 

L'investissement étant en berne, on peut penser que les entreprises utilisent les marges offerts par le CICE pour faire face aux retards de paiement, en hausse constante. Selon l'indicateur trimestriel des retards de paiement réalisé par Altares pour la Médiation nationale des relations inter-entreprises, les délais de paiement des 120 plus grands donneurs d'ordre publics et privés ont bondi de 11,4% en juillet sur un an. .

 

Pas de pression inflationniste

 

D'autres facteurs expliquent ce rebond. Citons tout d'abord la faible inflation. L'Institut vise en effet une inflation sous-jacente annuelle - qui ne tient pas compte des variations des prix des produits les plus volatils - de seulement 0,7%. Quant à l'inflation d'ensemble, elle ne serait que de 0,3% en raison de la faiblesse des cours du brut ! Depuis l'été 2014, le baril de Brent coté à Londres a perdu plus de la moitié de sa valeur. Il se négocie actuellement sous les 50 dollars.

 

Ce gain de pouvoir d'achat, le plus important depuis 2007, trouve également son origine dans l'accélération des revenus d'activité, en hausse de 1,5% après avoir augmenté de 1,4% en 2014. Quant aux revenus de la propriété, après avoir reculé de 2,2% l'année dernière, ils devraient afficher une augmentation de 1 % en 2015.

 

Le retour des cigales ?

 

Dans ce contexte, alimentée par la baisse des prix du pétrole, qui réduit la facture énergétique des ménages, la consommation accélère cette année et continue de tirer quasiment elle seule la croissance tricolore. Elle devrait progresser de 1,6% cette année après avoir augmenté de 0,6% l'année dernière. Les ménages, qui voient leur pouvoir d'achat progresser de 1,7%, soit 0,6 point de plus qu'en 2014, ne se contentent plus de garnir leur bas de laine, en dépôt des inquiétudes liées au chômage. Si leur taux d'épargne était remonté de 0,4 point entre 2013 et 2014, il ne gagne qu'un dixième de point entre 2014 et 2015.

 

 

Source : La Tribune