06/09/2016  -  Immobilier
« Retour à la liste

Les renégociations représentent désormais près de la moitié des nouveaux crédits immobiliers

Les renégociations ont représenté 44,4 % de la production de nouveaux prêts immobiliers en juillet, contre 38,1 % en juin.

 

Les emprunteurs se bousculent toujours au portillon pour rené­gocier leur crédit immobilier et bénéficier de taux toujours plus bas. Au mois de juillet, les renégociations ont représenté 44,4 % de la production de nouveaux prêts, selon les statistiques mensuelles publiées vendredi par la Banque de France, soit une nette progression par rapport au mois de juin (38,1 %). La part des renégociations dans les crédits immobiliers est désormais en hausse pour le quatrième mois d'affilée et la progression est rapide, puisque, au mois de mars, elles représentaient 28,5 % des flux nouveaux de crédit.

 

Et ce mouvement pourrait ne pas s'arrêter là. « Entre début janvier et septembre, les taux sur 20 ans ont baissé de 0,9 point, à 1,6 %. Cela permet donc à des crédits qui ne pouvaient pas être renégociés en 2015, parce que les écarts de taux n'étaient pas significatifs, de pouvoir l'être aujourd'hui. Nous voyons aussi des emprunteurs revenir pour renégocier une deuxième fois leur crédit », explique Sandrine Allonier, responsable des relations avec les banques chez le courtier Vousfinancer.com. Même les ménages ayant souscrit un prêt en 2016 pourraient aussi profiter de l'aubaine. « Le stock [de crédits pouvant être renégociés, NDLR] n'est pas du tout épuisé », renchérit Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux.com, évoquant « la marée qui découvre le rocher ».

 

Une rentrée prolifique

 

La rentrée promet en tout cas d'être prolifique, alors que les banques cherchent à atteindre les objectifs de production de crédits ambitieux qu'elles s'étaient fixés pour 2016. Cette manne de clients désireux de renégocier - inattendue en début d'année - est un bon moyen pour elles de gagner des parts de marché en rachetant des prêts accordés par la concurrence. D'où leur appétit pour prêter et la perspective de conditions encore meilleures pour les ménages. Les grilles de taux reçues ces derniers jours par Vousfinancer.com et Meilleurtaux.com affichent ainsi des baisses allant de 0,1 à 0,4 point. « Les banques sont très offensives sur les rachats en mettant aussi en place des procédures simplifiées », ajoute Sandrine Allonier. Les établissements qui ne rachetaient que les prêts au-delà d'un certain montant de capital emprunté regardent désormais tous les dossiers, par exemple. De même, ceux qui appliquaient des taux plus élevés pour les renégociations ne le font plus.

 

 

Source : Les Echos