05/08/2015  -  Immobilier
« Retour à la liste

Les taux du crédit immobilier repartent à la hausse après deux ans de baisse

Les taux de prêts à l'habitat ont atteint 2,06 % en moyenne en juillet, contre 2,01 % en juin. La hausse des taux devrait rester «  lente et modérée  » au cours des prochains mois.

 

C'est une mauvaise nouvelle pour les emprunteurs. Après une baisse continue des taux des crédit immobiliers aux particuliers depuis octobre 2013, le point d'inflexion a été atteint. Pour la première fois en près de deux ans, les taux repartent à la hausse au mois de juillet. Selon le baromètre Crédit Logement/CSA, ils sont passés en moyenne de 2,01 % à fin juin à 2,06 % à la fin du mois dernier (hors assurances et coût des sûretés).

 

La hausse est modérée, mais elle témoigne d'un tournant pris par les banques il y a déjà quelques mois. « Depuis mi-mai, une quinzaine de banques ont revu leurs grilles de tarifs de prêts à l'habitat. Certaines l'ont même fait plusieurs fois au cours de ces trois derniers mois », confirme Sandrine Allonier, responsable des relations bancaires chez Vousfinancer.com. Le constat est similaire chez le courtier Meilleurtaux.com, qui indique que la moitié de ses partenaires bancaires ont relevé leurs barèmes. Selon le baromètre Crédit Logement/CSA, la hausse n'a toutefois pas été de la même ampleur sur tous les marchés. Elle reste très modérée sur le marché du neuf : les taux sont passés de 2,07 % en juin à 2,09 % en juillet. Mais elle a été plus rapide sur le marché de l'ancien, où les taux sont passés de 2,03 % à 2.09 % en juillet.

 

Remontée des emprunts d'Etat

 

Ce mouvement est suscité par la remontée des taux auxquels l'Etat s'endette à 10 ans (OAT), qui sont passés de environ 0,47 % début avril à 1 % fin juillet et qui influent sur le coût des ressources nécessaires au refinancement des crédits. Il ne présage pas pourtant de la fin de l'ère des taux bas. La hausse des taux devrait rester « lente et modérée » au cours des prochains mois, estime en effet l'observatoire de Crédit Logement/CSA. « Dans les grilles tarifaires bancaires que nous avons reçues pour le mois d'août, la hausse des taux des prêts à l'habitat reste contenue entre 0,1 et 0,15 point. Les politiques tarifaires devraient rester attractives à la rentrée, car les acteurs ne veulent pas prendre le risque de perdre de parts de marché, alors que le mois de septembre est traditionnellement très dynamique », confirme Sandrine Allonier, qui anticipe par exemple des taux de l'ordre de 2,9 % pour les prêts sur vingt ans d'ici à la fin de l'année, contre des taux de 2,7 % pratiqués aujourd'hui auprès de ses clients.

 

En outre, pour ouvrir leurs portes aux meilleurs clients, les banques sont toujours prêtes à ajuster leurs politiques tarifaires. « Les primo-accédants qui offrent des perspectives de ventes d'autres produits et les clientèles plus aisées en profitent », confirme un courtier. Autre élément rassurant pour les emprunteurs : les coûts de refinancement des banques devraient rester attractifs, au moins jusqu'en septembre 2016, échéance annoncée de la politique de « quantitative easing » de la Banque centrale européenne. Une donnée de marché qui devrait favoriser le maintien des taux de crédit à l'habitat à des niveaux historiquement faibles. Pour mémoire, fin 2012, ils étaient de 3,22 % en moyenne, selon le baromètre Crédit Logement/CSA. Récemment, la révision du taux du Livret A à la baisse, de 1 % à 0,75 %, a aussi permis d'alléger le coût de certains dépôts bancaires pour les établissements et donc de réduire la charge de financement de certains crédits.

 

 

Source : Les Echos