20/10/2014  -  Economie/Finance
« Retour à la liste

L’euro remonte face au dollar dans un marché sur ses gardes

 

 

L’euro progressait nettement face au dollar lundi, repassant au-dessus de 1,27 dollar en fin d’échanges new-yorkais, dans un marché marqué par les incertitudes sur la croissance mondiale et un regain de spéculations sur la politique monétaire américaine.

 

Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,2753 dollar, contre 1,2627 dollar vendredi à la même heure. L’euro montait face au yen, à 136,25 yens - après être tombé en cours d’échanges asiatiques à 135,55 yens, au plus bas en près de 11 mois - contre 135,97 yens vendredi soir. Le dollar perdait du terrain face à la devise japonaise, à 106,83 yens contre 107,65 yens vendredi. «La principale tendance de la journée, la faiblesse du dollar, est surtout liée au fait que la monnaie américaine a beaucoup augmenté ces dernières semaines et que les investisseurs profitent de cette journée sans nouvelle majeure pour engranger quelques bénéfices», a estimé Greg Anderson de BMO Capital Markets. En ce jour semi-férié aux Etats-Unis à l’occasion du «Colombus Day», le marché obligataire est fermé dans le pays et aucun indicateur n’est à l’agenda. Le dollar a accentué sa tendance à la baisse après la clôture, nettement dans le rouge, de Wall Street. Les cambistes étaient d’autant plus prudents à l’égard du billet vert que les interrogations se multiplient sur les intentions de la Réserve fédérale (Fed). Depuis la récession mondiale de 2008-2009, elle a déversé des milliards de dollars dans le circuit financier pour soutenir l’activité et continue de pratiquer une politique de «l’argent facile» en maintenant ses taux directeurs proches de zéro.

 

Au vu de l’amélioration de la situation économique aux Etats-Unis, la banque centrale américaine a toutefois amorcé ces derniers mois une certaine normalisation de sa politique monétaire, de nature à faire remonter le billet vert. Mais la publication mercredi du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), au ton jugé particulièrement accommodant, et les interventions récentes de plusieurs responsables, ont relancé les spéculations sur le calendrier de l’institution.Le numéro 2 de la Fed Stanley Fischer a notamment affirmé samedi que le relèvement des taux de la Fed ne se ferait que si l’économie américaine montrait de nouveaux signes de rétablissement.

 

Charles Evans, président de l’antenne régionale de la Fed de Chicago, a par ailleurs estimé lundi qu’»une hâte à revenir à une politique monétaire normale, constituait le risque le plus important et le plus coûteux» pour l’économie américaine. Certains s’inquiètent en particulier de l’impact du fort ralentissement de la croissance en Europe ou du renforcement du dollar sur les performances des entreprises américaines.

 

 

Source : Boursorama