03/04/2017  -  Fiscalité
« Retour à la liste

Macron veut reporter la généralisation du prélèvement à la source

Le candidat du mouvement En Marche ! a déclaré vouloir commencer par une année d'expérimentation s'il était élu président de la République. Le prélèvement à la source est censé entrer en vigueur dès le 1er janvier 2018.

 

Ce n'est pas encore une reculade, mais ça commence à y ressembler... Alors qu'une généralisation du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu est prévue dès le 1er janvier 2018, Emmanuel Macron a dit mercredi vouloir l'"expérimenter" pendant "une année" s'il est élu président de la République, car il n'est pas "certain" de la "robustesse technique" de la mesure.

 

"Je souhaite qu'on expérimente au 1er janvier prochain mais je ne souhaite pas qu'il soit généralisé tout de suite", a-t-il déclaré sur la radio Europe 1.

 

"Il y aura immanquablement des loupés techniques et je n'ai pas envie de plonger le pays dans l'incertitude totale", a dit l'ancien ministre de l'Économie. "Je pense que c'est une bonne réforme donc elle se fera, mais elle se fera avec la méthode décidée, c'est-à-dire expérimenter, regarder les problèmes et les corriger", pendant la première année, a précisé le candidat d'En Marche !

 

Une phase de test déjà prévue pour cet été

 

Le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a annoncé mardi qu'une phase test du prélèvement à la source, censé entrer en vigueur le 1er janvier 2018, serait organisée cet été en s'appuyant sur un échantillon d'entreprises. Le gouvernement avait lancé fin octobre 2016 un site d'information afin de rassurer professionnels et particuliers sur les modalités de mise en place du processus.

 

L'année 2017 est donc censée être une année de transition, au cours de laquelle l'administration fiscale va collecter un certain nombre d'informations auprès des entreprises afin de mettre en place le prélèvement à la source dès la prochaine campagne fiscale. En cas d'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, la transition pourrait donc être un peu plus longue que prévue...

 

 

Source : La Tribune