10/10/2016  -  Patrimoine
« Retour à la liste

Retraite : une pause s’impose

Réformes successives des retraites, accords AGIRC-ARRCO… Nous vous proposons un état des lieux des grands principes applicables. L’âge légal pour partir en retraite est désormais de 62 ans mais il est possible de partir avant cet âge à certaines conditions…

 

Les dates de principe

 

 

 

Les départs anticipés

 

Les cas de départs en retraite anticipée peuvent être répertoriés en 3 catégories :

 

• Les carrières longues

Les personnes ayant commencé à travailler jeune (entre 14 et 20 ans) peuvent partir en retraite avant l’âge légal, à certaines conditions.

 

Exemple : Une personne née après le 1er janvier 1960 pourra partir à la retraite à 60 ans si elle a travaillé avant 16 ans et peut justifier du nombre de trimestres requis par rapport à son année de naissance.

 

• Les carrières pénibles

 

La pénibilité peut être prise en compte de deux manières :

- « réparatrice », pour compenser l’incapacité permanente liée à une carrière pénible. Dans ce cas, le salarié peut partir à la retraite à 60 ans à taux plein quand bien même le nombre de trimestre requis ne serait pas atteint, si l’incapacité est au moins égale à 20 % à cause d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail,

- « préventive » avec le « compte de prévention de la pénibilité ». Dans ce cas, le salarié cumule des points supplémentaires pour améliorer le montant de sa pension ou partir en retraite plus tôt.

 

• Les personnes handicapées

 

Les personnes handicapées pendant la majeure partie de leur carrière peuvent, à certaines conditions, partir en retraite anticipée à partir de 55 ans.

 

Pour les départs en retraites à compter de 2019 (personnes nées à compter du 1er janvier 1957)

Il existe une dissociation entre l’âge de la retraite de base à taux plein et l’âge requis pour les retraites complémentaires. En effet, une minoration temporaire des retraites complémentaires est appliquée, sauf si l’on retarde d’au moins un an le départ en retraite.

 

Exemple : Un salarié remplissant les conditions pour toucher sa retraite de base à taux plein à 62 ans aura le choix entre :

- prendre sa retraite avec application d’un malus de 10 % sur sa pension complémentaire pendant 3 ans,

- continuer à travailler jusqu’à 63 ans pour ne pas être pénalisé. De plus, s’il prolonge sa carrière au-delà, sa pension complémentaire pourra être « bonifiée », pendant une année, de :

  • - 10 % pour un départ à 64 ans,
  • - 20 % pour un départ à 65 ans,
  • - 30 % pour un départ à 66 ans.

 

Ces mesures visent à limiter l’impact de la baisse programmée et inéluctable des retraites complémentaires. Ceux qui le peuvent ont ainsi tout intérêt à partir avant 2019 ! Dans ce contexte, des investissements patrimoniaux générateurs de revenus complémentaires s’avèrent de plus en plus opportuns.

 

Simulateur AGIRC-ARRCO : Un nouvel outil à votre disposition

 

Pour préparer efficacement un départ en retraite, il faut connaître sa vraie situation : le nombre de trimestres restant à cotiser et le montant potentiel de sa pension. C’est désormais possible en ligne : l’AGIRC-ARRCO vient de lancer un nouvel outil de simulation. Vous devez ouvrir un compte personnel sur le site de l’AGIRC-ARRCO à partir de votre numéro de Sécurité Sociale.

 

Vous pourrez alors réaliser une simulation pour connaître le montant de votre future retraite (retraite de base et complémentaire) en fonction de l’âge de départ en retraite. Plus vous êtes proche de l’âge de la retraite, plus les estimations seront fiables. Cependant, vous pourrez affiner votre simulation en faisant évoluer certains paramètres : évolution salariale future, période de faible rémunération…

 

A partir de septembre 2016, le simulateur devrait être inter-régimes et prendrait en compte la quasi-totalité des régimes obligatoires de retraite de base et complémentaires (artisans, commerçants, fonction publique…).

 

La retraite progressive : un dispositif souvent méconnu

 

Ce système permet une transition plus douce entre la vie active et la retraite : vous exercez votre activité à temps partiel tout en percevant une partie de votre retraite (base et complémentaire).

 

De plus, vous continuez à cotiser pour accumuler des trimestres supplémentaires.

 

Conditions :

- à partir de 60 ans,

- au moins 150 trimestres acquis dans l’ensemble des régimes de retraite obligatoires.