Immobilier : stabilité à Paris et frénésie à Marseille

Alors que les prix dans la capitale se stabilisent, ce sont la petite et la grande couronne parisienne ainsi que quantité de villes moyennes qui captent la hausse des prix, selon l’indice des prix de l’immobilier Meilleurs Agents- « Les Echos ». On peut aussi désormais parler d’un effet « Marseille » qui confirme son attractivité.

La nouvelle cartographie immobilière, amorcée depuis la crise sanitaire, semble se confirmer en ce début d’année scolaire. A Paris, c’est la stabilité des prix qui semble dominer.

Autre tendance notable, les zones rurales qui ont connu la plus forte progression au niveau national (+6,6 % des prix) depuis le début de l’année 2021. Soit plus du double des chiffres enregistrés par les dix plus grandes métropoles de l’Hexagone (+3 %). Et surtout, loin devant ceux de la capitale (+0,1 %).

Autre effet qui se confirme : l’attraction retrouvée de la ville de Marseille . La cité phocéenne voit ses prix grimper à nouveau sur 1 mois. + 0,5 % en septembre, soit une augmentation de 6,5 % depuis un an, pour atteindre les 3.224 euros le mètre carré. Elle se situe ainsi dans le top 3 des grandes métropoles qui ont le plus augmenté depuis un an avec Nantes et Strasbourg. C’est une des seules grosses villes (avec Nantes) dont la hausse des prix n’a pas freiné pendant la crise sanitaire.

Mais contrairement à Nantes, dont la hausse des prix était marquée depuis plusieurs années, elle date de fin 2019 à Marseille et a été renforcée par la crise sanitaire. Les prix ont grimpé d’environ 10 % depuis fin 2019, selon les chiffres de Meilleurs Agents. « Il y a un vrai effet Marseille. Cette ville boudée ces dernières années retrouve une vraie attractivité », affirme Thomas Lefebvre

Source : https://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/immobilier-accalmie-a-paris-frenesie-a-marseille-1351192