Immobilier : vers la fin des emprunts sans apport ?

L’apport nécessaire pour financer un crédit immobilier varie du simple au décuple selon les villes. Pour acheter un bien de 75 m² il faut 21 mois de revenus moyens à Paris contre seulement 10 à Toulouse ou 4 à Saint-Etienne.


Acheter sans apport un bien immobilier à crédit se complique. « Certaines banques accordent encore des financements à 110 % mais elles ne sont pas nombreuses : une ou deux par région, et parfois uniquement pour les jeunes primo-accédants de moins de 40 ans », explique Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer. Avec plus d’un million de transactions dans l’ancien, la machine du crédit a tourné à plein régime pour inscrire 2019 dans les annales de l’immobilier. Si les taux au plancher en sont la raison première, les conditions d’octroi avantageuses des emprunts par les banques ont permis d’élargir le nombre d’acquéreurs. Mais selon une étude de Vousfinancer, les banques commencent à resserrer la vis.

« La majorité des banques exigent désormais que les emprunteurs disposent d’au moins 10 % de fonds propres », détaille Sandrine Allonier. Un apport pour couvrir les frais annexes (frais dits de notaire, de garantie, de dossier) et qui correspond généralement à 10 % du montant total de la transaction.

 

Lire la suite sur : https://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/immobilier-vers-la-fin-des-emprunts-sans-apport-1152390