La suppression totale de la taxe d’habitation reportée à 2023

Le Premier ministre a annoncé ce mercredi que la suppression de la taxe d’habitation pour les 20 % de Français les plus aisés se ferait en trois temps, entre 2021 et 2023. L’exécutif promet une baisse globale de 27 milliards d’euros de la pression fiscale sur les ménages durant son quinquennat.

Dans  son discours de politique générale ce mercredi 12 juin, Edouard Philippe a donné pour la première fois un calendrier précis de la disparition annoncée de la totalité de la taxe d’habitation. Pour 80 % des Français, celle-ci est toujours programmée pour 2020. Il restait à savoir quand elle interviendrait pour les 20 % de Français les plus aisés. « La suppression se déploiera sur trois années », a annoncé le Premier Ministre.

Décalage assumé

Elle va donc débuter en 2021 pour s’achever en 2023. Il s’agit d’un décalage par rapport à l’échéance de 2022.

Edouard Philippe a également confirmé les contours de la baisse de 5 milliards d’euros d’impôt sur le revenu (IR) promise fin avril par Emmanuel Macron aux classes moyennes . Celle-ci concernera 16,8 millions de foyers, pour un gain moyen de 304 euros.

 

Le mécanisme de la décote revu

Dans le détail, le gain sera le plus important (350 euros) pour les 12 millions de foyers de la première tranche (dont le revenu fiscal de référence est compris entre 9.965 euros et 25.405 euros), avec un taux baissé de 14 % à 11 %. Les plus modestes de ces foyers bénéficieront en outre d’une entrée plus douce dans l’imposition, avec la révision du mécanisme dit de la décote. Pour la deuxième tranche, le gain sera plus modeste (180 euros), puis nul pour les troisième et quatrième tranches. Cela sera obtenu en revoyant les critères d’entrée dans les tranches : la deuxième tranche débutera dès 25.405 euros contre environ 27.000 euros avant, la troisième tranche à partir de 72.643 euros et la quatrième à 156.244 euros.

Avec toutes ces mesures, Edouard Philippe s’est targué d’une « baisse d’impôts historique » pour les ménages, avec une réduction de 27 milliards d’euros sur le quinquennat. Au total, si l’on rajoute les baisses accordées aux entreprises , la réduction des prélèvements obligatoires d’ici à 2022 sera « un peu supérieure » à l’objectif officiel de 1,4 point de PIB , indique-t-on à Bercy.

 

Source : https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/la-suppression-totale-de-la-taxe-dhabitation-reportee-a-2023-1028606