Assurance décès : un outil méconnu pour mettre vos proches à l’abri

Votre disparition accidentelle peut poser de gros problèmes financiers à votre famille (sauf à disposer d’un patrimoine important).

Souscrire, par mesure de précaution, une assurance décès peut s’avérer salutaire, voire indispensable en cas d’enfants en bas âge. Le principe : en contrepartie de vos cotisations, l’assureur s’engage à payer la somme fixée aux proches que vous aurez désignés. Outre les sommes d’argent garanties, les cotisations dépendent de votre état de santé et de votre âge, sachant que certains décès sont exclus de toute garantie, notamment lorsqu’ils sont intentionnels ou occasionnés par la pratique d’un sport à risque ou d’une activité dangereuse.

Les cotisations à verser sont proportionnelles aux capitaux garantis, et augmentent avec l’âge. C’est sur ce dernier critère que le bât blesse : si vous êtes jeune, ces primes sont modestes, puis l’addition tend à s’envoler. Pour un capital garanti de 80 000 euros, comptez ainsi entre 15 et 20 euros par mois pour une souscription à 40 ans, et entre 60 et 70 euros à 55 ans.
A partir d’un certain âge (70, 75 ou 80 ans, selon les assureurs), vous n’aurez plus rien à payer : vous serez radié du contrat de la compagnie, et, puisque vous serez toujours en vie, vous devrez, selon la logique du système, lui abandonner l’ensemble de vos versements sans contrepartie aucune.

Source : https://www.capital.fr/votre-argent/assurance-deces-un-outil-meconnu-pour-mettre-vos-proches-a-l-abri-1240213