Reconfinement : le scénario noir pour les entreprises

Exit les doux espoirs de reprise en V. Même si les petites et grandes entreprises ont l’expérience du confinement du printemps dernier, le retour au premier plan de la crise sanitaire devrait enfoncer les activités en souffrance et déstabiliser celles qui ont su tenir bon jusqu’à présent.

Le coût économique du confinement de cet automne sera peut-être moins élevé que celui du printemps dernier. Il n’en restera pas moins très important. Début octobre, avant l’aggravation de cette deuxième vague, l’Insee prévoyait que le PIB plongerait de 9 % cette année. Près des deux tiers de cette chute s’expliquaient par le confinement de la mi-mars à la mi-mai, le dernier tiers résultant de la lenteur de l’économie à revenir à la « normale » dans certains secteurs , comme l’aéronautique, le transport aérien, le tourisme, la restauration et la culture. En moyenne, chaque mois de confinement a coûté 60 milliards d’euros de PIB .

Un choc moins fort

Mais certains secteurs, comme le BTP ou l’industrie, qui ont connu une baisse brutale de leur activité au printemps, devraient être moins touchés en cette fin d’année, les nouvelles mesures ayant pour but de minimiser l’impact sur ces secteurs. Les salariés des secteurs qui resteront ouverts devraient pouvoir travailler ou télétravailler, le « restez chez vous » du printemps devenant caduc. Et les entreprises ont eu du temps pour adapter leur organisation. Sans compter que des protocoles sanitaires ont été depuis mis en place. En revanche, les services déjà touchés (bars, restaurants, culture etc.) devraient connaître un nouveau plongeon avec un nouveau tour de vis sanitaire.

 

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/reconfinement-un-choc-economique-moins-brutal-mais-qui-touche-des-entreprises-affaiblies-1260057

 

Crédit image : Image by Daria Nepriakhina from Pixabay